À propos – Arno Célérier

Je suis né à Paris en 1964, mes origines familiales ne m’ont laissé aucune chance d’éviter une profession artistique : un père musicien, une mère styliste et des grands-parents peintres et professeurs de dessin. Une sorte de syndrome Obélix.
À peine diplômé de l’ESAG (École Supérieure de Design, d’Art Graphique et d’Architecture intérieure, Atelier Met de Penninghen), je créé un bureau de créations graphiques, Sarbacane Design, avec Frédéric Lavabre, aujourd’hui directeur des éditions Sarbacane. Une rencontre capitale dans mon parcours pour un travail sur le terrain impliquant et enrichissant et des applications très variées, de l’image de marque (Médecins sans frontières) à l’illustration et la conception de packaging (RMN, Réunion des Musées Nationaux).
Une dizaine d’années plus tard, je décide de prendre le chemin de l’indépendance, je quitte le monde de l’entreprise et de la communication et entreprends une série de voyages dont je récolte les détails en images. Certains de ces voyages deviennent des livres, mis en mots par l’auteur Lucca, faisant ainsi partager toutes ces impressions au travers d’illustrations aux couleurs chatoyantes, aux ombres marquées et aux tissus collés. Entre temps, ma première collection de livres pour les tout-petits est éditée aux éditions Milan. Une vraie création avec un suivi complet de la réalisation et de l’impression et une belle collaboration avec Soledad Bravi.
L’espace parisien me pèse définitivement et un beau jour, je rejoins le sud.La lumière, l’espace. Mes premiers albums autour des thèmes du voyage et du rêve s’enchainent. Tu t’occuperas de petit frère, Je t’appellerai Baïna et Le souhait d’Idriss avec Lucca et Le Grand Fariboleur avec Marie-Sabine Roger (éd. Sarbacane).
Attiré et intrigué par Marseille, je quitte la Camargue. Mer, lumière… et sérénité. Mon dessin se pose et le blanc apparait dans mes images. Le cerné, souvent noir, disparait et laisse place au simple trait du découpage. J’arrive enfin vers une narration plus essentielle et plus intimiste avec Je te protégerai (éd. Sarbacane). Je retrouve aussi le volume, la construction et réalise de nouveaux projets variés avec les éditeurs Thierry Magnier, Actes Sud et Les Apprentis Rêveurs (une maison marseillaise) pour qui je développe une collection de livres pop up à monter soi-même (Un tigre dans mon jardin).
Je partage aujourd’hui un atelier à Belsunce à Marseille, avec cinq autres illustrateurs, Sabine Allard, Amélie Jackowski, Hélène Georges, Benoît Guillaume et Renaud Perrin. Un lieu de vie et d’échanges qui me porte vers des expériences artistiques nouvelles qui élargissent les applications de l’illustration (supports, surfaces, techniques), installations (MP2013), ateliers (l’Alcazar, la BDP) mais aussi des rencontres avec des artistes qui verront aboutir des projets communs, Animanège (éd. Rouergue) avec Renaud Perrin, Panic City (éd. Les Apprentis rêveurs) avec Hélène Georges.
Je continue d’explorer les terrains de l’illustration, aussi bien avec mes étudiants de Montpellier, j’enseigne l’illustration, et la création des Bons Week-ends, une association qui me permet d’organiser des expositions pour et avec d’autres artistes en appartement, le temps d’un week-end.